« Je rêvais de travailler à une échelle plus grande que celle d’un jardin »

IMPRIMER LA FICHE

membre02


 

Anne POIRIER, ancienne élève du campus aujourd’hui architecte paysage

Après son bac STAV, Anne se dirige vers un BTS Aménagements Paysagers, avant de poursuivre ses études en Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage et d’obtenir le diplôme de Paysagiste DPLG (Diplômé Par le Gouvernement). Un parcours riche qui, complété par différents voyages, lui a permis de s’ouvrir sur d’autres façons d’appréhender, ressentir et aménager l’espace. Anne rêvait de travailler à une échelle plus grande que celle d’un jardin et de pouvoir créer, dessiner, utiliser le végétal et le minéral pour réaménager des espaces.

A la sortie de ma Licence Pro, je souhaitais travailler rapidement. J’ai donc tout de suite trouvé des petits travaux saisonniers par période de quinze jours.
Pour ceux qui sortent des études, je donnerai pour conseil de débuter par un travail de terrain. Je crois aujourd’hui que cette approche pragmatique m’a permis d’éviter le chômage.
J’ai commencé à travailler en tant que chef d’équipe dans une entreprise belge de compositions florales. Je gérais un groupe de 5 à 20 femmes, en vérifiant les rendements, les approvisionnements… Un groupement d’employeurs m’a ensuite proposé de travailler dans une entreprise de production de jeunes plants.
Au cours de ma 1ère année de travail, la société a été décentralisée en Belgique. On m’a donc proposé un autre poste à temps plein en CDI comme Responsable de Serre. C’est le poste que j’occupe encore aujourd’hui.

Si une partie de son travail se fait au bureau ( conception, réalisation), une autre partie de son temps, elle le passe sur le terrain à observer, réaliser des relevés topographiques, faire de la reconnaissance de végétaux, participer à des réunions… Comme Anne l’explique : « Chaque projet est différent et c’est cela qui est intéressant et passionnant. C’est un travail de création qui laisse libre cours à ma sensibilité. »